L’internat de Jolarpet (province de l’est)

 

Nous avons un internat.

113 filles y sont hébergées. Leurs parents, ouvriers agricoles, sont illettrés.

 Ces personnes dépendent de la terre et les aléas du climat les obligent à se déplacer pour trouver du travail. Ils ont peur de laisser leurs enfants à la garde des grands-parents.Beaucoup enfants sont orphelins et 45% d’entre eux viennent de familles brisées ou la plupart des hommes sont alcooliques d’où l’absence de conditions favorables pour les enfants 

Une autre raison est qu’ils viennent de villages défavorisés et éloignés. Nous accueillons ces filles et les envoyons à l’école gouvernementale qui est proche de notre couvent.Nous pensons que l’éducation des filles aide à rendre les familles plus saines et aisées ce qui réduit le nombre de décès d’enfants et la transmission du Sida. Les enfants reçoivent un check up santé tous les trois mois ainsi qu’une formation sur l’hygiène personnelle.

 Nous leur inculquons le respect de Dieu ainsi que des valeurs telles que respect-gentillesse-honnêteté-courage et persévérance.

Elles reçoivent chacune une attention particulière et nous nous concentrons sur leur développement personnel afin de préparer leur avenir.

Nous sommes reconnaissantes de l’aide reçue de Belgique. Nous avons des contraintes financières pour prendre soin d’elles et rencontrer les dépenses courantes.

Quoique vous puissiez faire pour ces enfants sera très apprécié. Ainsi, nous sollicitons votre aide financière pour pouvoir aider ces enfants.

Que Dieu vous bénisse

les soeurs de Jolarpet

 

 

Travail formidable de soeur Juliette avec les familles et les enfants des bidons ville de Bangalore

 

Soeur Juliette aide les familles qui vivent dans des conditions d’hygiène déplorables.

Celles qui ont le plus de chance vivent très nombreux dans des petits abris sans eau, ni lumière.D’autres sans « maison » vivent dans la rue.

Elle leur donne des conseils d’hygiène….

Elle est très proche des enfants et les incite à aller à l’école 

Le papa a la tuberculose et ne travaille plus.La famille vit dans la rue

Soeur Juliette cherche des sponsors pour leur trouver un abri

Les aînés  gardent les plus jeunes pour permettre à la maman de travailler un peu.

Soeur Juliette aimerait créer une crèche pour permettre aux enfants d’aller à l’école.

La mission de Mysore

La communauté est située à 30 km de Mysore et comprend 9 religieuses.
Sœur Renni en est la prieure .

 

Les religieuses travaillent  auprès de personnes recueillies dans la rue  avec un handicap. La plupart sont sourdes et muettes. Un médecin spécialisé pour les maladies mentales vient une fois par mois de Mysore.

Deux médecins de l’hôpital les suivent également.

La distribution de médicaments

Soeur Régina, médecin, avec un handicapé

Planning de la journée

Les religieuses sont très actives dans le centre de santé:

Trois médecins y exercent

La salle d’attente

 

Le laboratoire:

 

 

La mission de Shimoga

Soeur Janet est responsable de cette mission.

Les soeurs ont un pensionnant pour des enfants qui étaient dans la rue.S’ils ont de la famille ,les enfants peuvent repartir chez eux le week-end ou pendant les vacances.

Les enfants restent deux ans chez les soeurs. Elles assurent ensuite leur suivi scolaire.

Les enfants dorment sur une natte sur le sol

Dortoir des filles.Le lit est réservé pour leur gardienne

Le rangement des affaires personnelles

Les deux dames aident à la cuisine pour les pensionnaires

Soeur Hélène effectue un travail d’éducation permanente dans le domaine de la santé et dans le travail social.

Des médecins vont dans les villages informer la population notamment pour le problème de l’eau.

La mission de Bhadravatti

Sœur Pretty est responsable de la communauté.

La mission comprend :

•Un hôpital avec tous les services : radiographie,bloc opératoire, urgences,  pédiatrie…

Salle d’attente qui peut accueillir jusque 300 personnes

Sœur Cynthou médecin fait les consultations

Sœur Gladys est gynécologue . Il y a environ 200 accouchements par mois.

la salle d’accouchement:

La mission possède aussi une école de formation d’infirmières qui aident sur le terrain.

Sœur Shobana y effectue un beau travail social avec des femmes des villages avoisinants :

Couture, fabrication de bougies, ficelle en fibre de coco….
Une bibliothèque est à leur disposition.

Vous pouvez vous reporter à l’article précédent pour voir toutes les activités,notamment celles soutenues par l’ASBL.

•Une école

 

Rapport de soeur Shobana sur les projets financés à BADRAVATHI (Inde)

 

Court rapport sur le programme de développement des nos femmes et enfants
Nous sommes heureuses de vous soumettre le rapport au sujet du travail que nous avons réalisé avec l’argent que nous avons reçu. Nous avons utilisé plus d’argent pour la création de revenus et avons donné de petits montants pour les différentes activités. Le reste a été consacré aux emprunts réalisés par le sangha. Les gens peuvent se permettre les prêts bancaires qui sont trop chers. La vie est très difficile suite aux prix très élevés. Il y a un manque de travail suite à la mécanisation des travaux ordinaires. Les fermiers ont des difficultés à cultiver et les produits ne valent rien à la récolte.Telle est la situation des gens ordinaires. Le style de vie des gens a changé ce qui entraîne une augmentation des dépenses familiales.Les gens sont maintenant conscients de l’importance de l’éducation mais les coûts sont importants et suite à la corruption, ils ne peuvent accéder aux postes correspondants à leur niveau d’études. Après leurs études, ils ne veulent pas faire des métiers ordinaires et sous-payés. A la fin les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Toutes les nouvelles règles et lois affectent les pauvres. Il est triste de voir la situation actuelle que les gens n’osent, par peur, contester. Les femmes font ces petites activités pour gagner leur vie quotidienne. Maintenant, nous pouvons voir les quelques activités qu’ils accomplissent à l’aide de notre programme.
Vijaya travaille parfois comme coolie but parfois elle n’a pas de travail. Ses deux enfants vont à l’école primaire. Maintenant elle prend soin de ses chèvres qui lui fournissent un revenu.

Info sur les nouvelles règles bancaires.

Mrs Rosemary donne un compte-rendu à ce sujet en se basant sur sa propre expérience. Elle a aussi expliqué les possibilités du marketing.

 

 

Mrs Joice ne peut effectuer de travail dur. Elle a appris à préparer différentes sortes de fleurs qu’elle vend.

Pushvathi occupée à son petit magasin. Avec ce revenu elle parvient à entretenir sa famille.Lors de son temps libre, elle s’est lancée dans d’autres activités.

Dans ce village, beaucoup fabriquent des paniers. Elles ont besoin de prêts car les paniers ne se vendent pas tout de suite.Elles se préparent à la saison mais il faut faire de la publicité.

Beaucoup de femmes font ce travail et elles gagnent de l’argent. Mais cela demande du travail. Elles ont besoin de machines, d’un endroit et de feuilles d’aracknut. Certains paniers servent aux coolies selon le type qu’elles préparent.

8 Mai Jour des femmes. Programme très utile

Les femmes et jeunes filles se joignent pour réaliser le programme.

Après le travail ménager, elles s’assoient et préparent les beedies

Lakshmi était très pauvre et n’envoyait pas ses enfants à l’école. En joignant le sangha, elle a acheté une vache et parvient à couvrir les besoins de base. Elle est très heureuse.

Girijamma fait un travail de coolie, ce qui lui procure un revenu supplémentaire pour sa famille.

Femmes prenant part au programme culturel

Femmes se réunissant pour préparer de la nourriture destinée à la vente:

Préparation des bougies:

Maya est très forte en couture, elle a appris le style moderne et a plein de vêtements à coudre:

En conclusion, ce sont les petites choses réalisées.Nous avons transmis des connaissances au sujet de plusieurs sujets. L’aide à travers de notre sangha et celle que vous nous donnez, comment accéder aux programmes du gouvernement. Nous sommes reconnaissantes de votre soutien.
Si vous avez besoin d’autres renseignements au sujet de notre travail, n’hésitez pas à en demander.
En vous remerciant.
Sr Shobana

Souper indien le 23 septembre 2017 à Antoing

Chers amis de Saint Charles et de l’asbl « Solidarité Sans Frontières »

Comme tous les ans, Rebecca et son équipe se « couperont » en quatre pour nous concocter un délicieux repas Indien aux goûts exotiques.

 Le Conseil d’administration sera heureux de vous compter au nombre de ses convives et aura le plaisir de vous saluer.

 Nous vous donnons  donc rendez-vous le Samedi 23 septembre 2017, en la salle du « ROC SAINT PIERRE » Place Bara, à Antoing. (voir invitation jointe)

 Au plaisir de vous revoir,

 Le Conseil d’Administration de SCW « Solidarité sans frontières »  

Le Conseil d’Administration….

Notre Assemblée Générale  a eu lieu le 26 mars au couvent Saint Charles à Wez/Velvain.

Après avoir dressé le bilan   financier de l’année , nous avons passé en revue les différentes actions de l’ASBL en Inde et en Tanzanie.

De nouveaux membres nous ont rejoints: Bernard Reynders est le trésorier

et Jacqueline Laurent fait partie des invités permanents.

Nous voici réunis autour de notre président Pierre Vanassche .